C’est « Épitaphe » son premier album, sorti en 2001 qui le révèle au grand public. Les textes y sont déjà politiquement engagés. Figure de proue du mouvement hip hop au Burkina Faso, il sort son 4eme album « CCP » (Cravate costard et pourriture), critique le pouvoir en place, une véritable prise de position. Son engagement atteint son paroxysme avec la création du mouvement le balai citoyen en 2013. Smockey et l’animateur reggaeman Sams’K Le Jah en sont les fondateurs. Ils mobilisent les jeunes à travers tout le Burkina Faso. Les 30 et 31 octobre 2014, ils sont dans la rue, manifestantes pour mettre un terme à vingt-sept ans de règne du président Blaise Compaoré et juste après, le 5 avril 2014, il sort un triple album «  Pré’Volution » : Prémonition, Révolution, Evolution.
Le 14 Avril 2016, il reçoit à Londre au « freedom of expression awards » 2016, le prix « music in exile felow ship », organisé par l’ONG INDEX ON CENSORSHIP qui recompense chaque année des activistes engagés par leur art à travers le monde.
Le 28 mai, il recevra le prix « Ambassadeur de la conscience » décerné par Amnesty International, pour l’ensemble de son combat au côté des jeunes à travers le mouvement  « le balai Citoyen ».
LE 7 Aout 2016, il fait sensation a l’un des plus grand festival d’Europe(30000 festivaliers), festival Esperanza en Belgique, aux côtés de son frère de lutte Samsklejah.